Le paiement de crypto-monnaies pour des biens ou des services sera interdit en Thaïlande à partir d’avril

À partir d’avril, les paiements de biens et de services utilisant des actifs numériques seront interdits en Thaïlande, selon une décision de la Securities and Exchange Commission (SEC).

La Thaïlande a introduit des règles interdisant l’utilisation d’actifs numériques pour payer des biens et des services à partir du 1er avril, a annoncé mercredi le régulateur du marché.

Cette décision est conforme aux récentes discussions entre la Securities and Exchange Commission (SEC) et la Banque de Thaïlande (BoT) concernant la nécessité de réglementer cet aspect de l’activité du secteur des actifs numériques, en raison de ses implications potentielles. la stabilité financière et l’économie globale du pays, a déclaré la SEC dans un communiqué.

La Thaïlande compte le plus grand nombre de propriétaires de crypto-monnaies par habitant au monde, selon les derniers chiffres. Avec une moyenne de 9 heures connectées par jour, les internautes thaïlandais sont aussi les champions du shopping en ligne.

Les professionnels de l’industrie des actifs numériques qui fournissent ces services doivent se conformer aux nouvelles règles dans les 30 jours suivant la date d’entrée en vigueur, indique le communiqué.

La BoT a déclaré à plusieurs reprises qu’elle n’acceptait pas les crypto-monnaies comme moyen de paiement.

La BoT autorisera certaines activités crypto pour les banques

La banque centrale de Thaïlande a tenu mercredi une réunion sur les recommandations visant à réglementer les activités d’actifs numériques des banques. Il a été révélé que la BoT prévoit de nouvelles règles permettant aux filiales de banques commerciales d’investir dans des actifs numériques.

Cela impliquerait que ces derniers investissent jusqu’à 3% de leur capital dans ce type d’activité, a déclaré mercredi le vice-gouverneur de la Banque centrale de Thaïlande, Roong Mallikamas.

Ces règles révisées devraient être en place d’ici le milieu de cette année et offriront une plus grande flexibilité pour faire des affaires tout en améliorant la surveillance à mesure que les risques évoluent, a déclaré Roong Mallikamas lors d’une conférence de presse.

Les succursales des banques commerciales ne seront pas autorisées à investir plus de 3% de leur capital dans des activités crypto-réglementées, telles que l’échange d’actifs numériques, afin de limiter les nouveaux risques qui pourraient affecter la confiance des banques, a ajouté le gouverneur.

La banque centrale n’a pas encore autorisé les banques commerciales à échanger directement des actifs numériques, a-t-il déclaré, car « les actifs numériques sont toujours risqués ».

D’autre part, la banque centrale supprimera la limite actuelle du capital que les banques commerciales peuvent investir dans la fintech, leur permettant d’utiliser davantage la fintech.